QUE DESCANSE EN REBELIÓN

 

 

 

En lo negro, en la noche será su memoria

en lo que sufre, en lo que rezuma

en lo que busca y no encuentra

en la lancha de desembarco que revienta en la playa

en la partida sibilante de la bala trazadora

en la isla de azufre será su memoria.

 

En aquél que tiene su fiebre en sí, a quien no importan

las paredes

En aquél que se lanza y sólo tiene cabeza contra las

paredes

en el ladrón no arrepentido

en el débil para siempre recalcitrante

en el soportal destripado será su memoria

 

En la ruta que obsesiona

en el corazón que busca su playa

en el amante cuyo cuerpo huye

en el viajero roído por el espacio.

En el túnel

en el tormento que gira sobre sí mismo

en el impávido que osa ofender el cementerio.

 

En la órbita inflamada de los astros que chocan

estallando

en el barco fantasma, en la novia ajada

en la canción crepuscular será su memoria.

 

En la presencia del mar

en la distancia del juez

en la ceguera

en la taza de veneno.

 

En el capitán de los siete mares

en el alma de aquél que lava la daga

en el órgano de cana que llora por todo un pueblo

en el día del escupitajo sobre la ofrenda.

 

En el fruto de invierno

en el pulmón de las batallas que se reanudan

en el loco en la chalupa.

En los brazos torcidos de los deseos para siempre

insatisfechos será su memoria.

QU’IL REPOSE EN RÉVOLTE

 

 

 

Dans le noir,- dans le soir sera sa mémoire

dans ce qui souffre, dans ce qui suinte

dans ce qui cherche et ne trouve pas

dans le chaland de débarquement qui crève sur la grève

dans le départ sifflant de la balle traceuse

dans l’île de soufre sera sa mémoire.

 

Dans celui qui a sa fièvre en soi, à qui n’importent les murs

Dans celui qui s’élance et n’a de tête que contre les murs

dans le larron non repentant

dans le faible à jamais récalcitrant

dans le porche éventré sera sa mémoire.

 

Dans la route qui obsède

dans le coeur qui cherche sa plage

dans l’amant que son corps fuit

dans le voyageur que l’espace ronge

Dans le tunnel dans le tourment tournant sur lui-même

clans l’impavide qui ose froisser le cimetière.

 

Dans l’orbite enflammée des astres qui se heurtent en éclatant

dans le vaisseau fantôme, dans la fiancée flétrie

dans la chanson crépusculaire sera sa mémoire.

 

Dans la présence de la mer

dans la distance du juge

dans la cécité

dans la tasse à poison.

 

Dans le capitaine des sept mers

dans l’âme de celui qui lave la dague

dans l’orgue en roseau qui pleure pour tout un peuple

dans le jour du crachat sur l’offrande.

 

Dans le fruit d’hiver

dans le poumon des batailles qui reprennent

dans le fou dans là chaloupe

Dans les bras tordus des désirs à jamais inassouvis sera sa

mémoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HENRI MICHAUX

LA VIDA EN LOS PLIEGUES

traducción de VÍCTOR GOLDSTEIN

EDICIONES LIBRERíAS FAUSTO

Buenos Aires – 1976

LA VIE BANS LES PLIS

Éditions Gallimard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos requeridos están marcados *

Publicar comentario