sonnets pour une fin de siècle

 

alain bosquet

retrato de un hombre inquieto

 

 

Se retira hacia el fondo de sí mismo a pensar lo poca cosa que es.

Tal vez se vuelve al árbol que le sugiere un gesto.

Al cabo de una hora,es la arena más bien quien le influye.

Indolente,
              

recuerda un viejo amor.

Se cree bien conservado a pesar del olvido y la sangre agolpada sobre su corazón.

No estaría tan inerme si tuviera un amigo: por ejemplo un guijarro,
     

        
un ave moribunda, una colina cálida.

Cierra primero un ojo, luego el otro, escrutándose

con furor.

No descubre nada fundamental
            

 
en sus pulmones ni en sus almas, que se quita una detrás de otra, igual que sus camisas.

Toda serenidad le parece una ofensa.
              

 

 

 

portrait d’un homme inquiet

 

 

Il fait retraite au fond de lui, pour repenser le peu qu’il est.

Parfois, il s’en remet à l’arbre, qui lui suggère une attitude.

Au bout d’une heure, c’est le sable plutôt qui l’influence.

Inerte,

il se rappelle un vieil amour.

Le temps l’épargne, croit-il, malgré l’oubli et le sang qui se bloque devant le cœur.

Il serait moins désemparé s’il avait un ami : par exemple un caillou,

un oiseau moribond, une colline chaude.

Il ferme un œil, puis l’autre, afin de s’inspecter

avec fureur.

Il ne découvre rien qui vaille

dans ses poumons, ni dans ses âmes qu’il dévêt, l’une après l’autre, à la façon de ses chemises.

Toute sérénité lui paraît une offense.

 

 

 

 

 

 

alain bosquet

de sonetos para un fin de siglo              

versión de enrique moreno castillo

éditeur: paris, la différence 2002

 

 

 

 

Θ


 

 

 

 

 

Deja un comentario